Mises en œuvre au cours de la première moitié du XIIIe siècle, les charpentes de la cathédrale Notre-Dame de Paris, remarquables par leur conception, leur réalisation et leur état de conservation, ont été respectées par les restaurations successives dès le XIVe siècle.

La charpente de Notre-Dame
La charpente de Notre-Dame

La charpente de Notre-Dame

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

La charpente de Notre-Dame

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

La charpente de Notre-Dame

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

La flèche de Viollet-le-Duc, chef d’œuvre de l’art des charpentes, était considérée comme exemplaire par bien des Compagnons.

Relevé de la charpente

Relevé de la charpente

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

Le relevé des charpentes médiévales

Le relevé des charpentes médiévales est le fruit de deux ans de travail, dont un an sur site de janvier 2014 à janvier 2015, relevé mené à quatre mains par Rémi Fromont, architecte en chef des Monuments historiques et Cédric Trentesaux, architecte du patrimoine, dans le cadre de la formation de l’école de Chaillot (promotion Niemeyer, 2012-2014) qui forme, au sein de la Cité de l'architecture et du patrimoine, les architectes spécialisés dans la conservation et la restauration architecturales, urbaines et paysagères (DSA Architecture et Patrimoine) et les architectes et urbanistes de l’État.

Le rapport a été remis en mai 2014 mais le relevé s’est poursuivi sur site pendant plus de 7 mois.

Relevé de la charpente
Enrayure, le 10 octobre 2014
Relevé de la charpente

Relevé de la charpente

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

Enrayure, le 10 octobre 2014

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

Relevé de la charpente

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

L’étude pour une meilleure connaissance

Le relevé avait pour but de connaître les charpentes médiévales de la cathédrale dans leur agencement général (forme et type des fermes), puis de repérer les marques d’assemblages, les réparations et les déformations.

Les objectifs de ce travail étaient multiples :
- Compiler la documentation existante sur les charpentes de la cathédrale, puis en faire l’analyse critique ;
- Mettre au point et expérimenter une méthode de relevé efficiente, adaptée à ce type d’objet monumental : comment relever, dans le noir, une charpente de 100 mètres de long, de 12 mètres de portée, de 10 mètres de haut, et qui se compose de plusieurs milliers de pièces de bois ?
- Comprendre et décrire les charpentes médiévales de la cathédrale ;
- S’attacher à décrire ce qui n’avait encore jamais été regardé en détail : marquages, remplois, réparations, renforcements, levages.

L’étude visait donc à une compréhension globale des charpentes de la cathédrale, pour une meilleure connaissance de ce patrimoine exceptionnel.

Marquages
Réparations et renforcements

Marquages

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

Réparations et renforcements

© Rémi Fromont et Cédric Trentesaux / MINISTÈRE DE LA CULTURE

Pour en savoir plus :

L’extrait de MONUMENTAL consacré aux charpentes et couvertures est également disponible en téléchargement parmi d'autres ouvrages :
« Le relevé des charpentes médiévales de la cathédrale Notre-Dame de Paris : approches pour une nouvelle lecture » (Rémi Fromont et Cédric Trentesaux)- Monumental 2016-1, Paris, Éditions du Patrimoine, 2016, p. 70-77.