Quelle recherche autour de l’édifice et du chantier de restauration de Notre-Dame ?

analyse_sur_un_buste_dange_retrouve_dans_les_debris.jpg

Analyse sur un buste d'ange retrouvé dans les débris © ALEXIS KOMENDA / C2RMF / MINISTÈRE DE LA CULTURE

Ouverture d’un chantier scientifique

Dès le lendemain de l’incendie qui a frappé la cathédrale, de nombreux chercheurs ont souhaité mettre leurs connaissances et leurs compétences au service de l’édifice, de ses œuvres d’art et du chantier de restauration. 

Pour accompagner cet élan et organiser la vaste activité de recherche qui s’annonçait, le ministère de la Culture s’est rapproché du Centre national de la Recherche Scientifique (CNRS) pour coordonner un chantier scientifique qui soit l’occasion de nouvelles découvertes en parallèle du chantier de restauration.

Quelle recherche ?

C’est une recherche « pour » Notre-Dame, qui apporte des informations utiles au chantier de restauration, mais aussi une recherche « sur » Notre-Dame, qui renouvelle les connaissances sur l’édifice, son histoire, son environnement, et, plus largement, sur les cathédrales et sur le patrimoine. Elle implique 175 personnes appartenant à une cinquantaine de laboratoires répartis dans toute la France.

Quelle organisation ?

Le chantier scientifique est coordonné par Martine Regert (CNRS), Aline Magnien (MC), Philippe Dillmann (CNRS) et Pascal Liévaux (MC). Huit groupes de travail thématiques ont été mis en place (Numérique, Structure, Bois/Charpente, Métal, Pierre, Verre, Émotions patrimoniales, Acoustique). Ils sont formés de chercheuses et de chercheurs du Centre national de la recherche scientifique, du ministère de la Culture, de l’Université mais aussi de spécialistes étrangers. Ils rassemblent des scientifiques de nombreuses disciplines : archéologues, historiens, historiens de l’art, anthropologues, physiciens, chimistes, ingénieurs, informaticiens... mettent tous leur science au service de Notre-Dame et du patrimoine.

Dans cette partie, vous pourrez en savoir plus sur les thématiques de recherche qui portent sur de très nombreux sujets, parfois inattendus. 

Les résultats de ces travaux viendront enrichir un système d’information « monumental » innovant, véritable double virtuel de la cathédrale qui permettra de rassembler et de partager toute la connaissance produite sur le monument. 

Enfin, les portraits de chercheurs vous mettent en contact avec les femmes et les hommes impliqués dans cet ambitieux chantier scientifique.