« Cette cathédrale Notre-Dame, nous la rebâtirons. Tous ensemble. C’est une part de notre destin français. Je m’y engage : dès demain une souscription nationale sera lancée, et bien au-delà de nos frontières. »

Allocution d’Emmanuel Macron sur le parvis de la Cathédrale, le 15 avril 2019.

L'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris a suscité une forte émotion et a été suivi par une mobilisation sans précédent.

Une souscription menée dans des temps records

Pour organiser cet immense élan de générosité nationale et internationale, le ministère de la Culture, le Centre des monuments nationaux, la Fondation Notre-Dame, la Fondation du patrimoine et la Fondation de France ont récolté les dons de plus de 350 000 donateurs (particuliers, entreprises, collectivités). Les initiatives de ces organismes ont été fédérées dans une souscription publique qui est toujours ouverte sur le portail www.rebatirnotredame.gouv.fr 

Cette plate-forme fprésente les quatre établissements et fondations d’utilité publique habilités à collecter des dons : le Centre des monuments nationaux, la Fondation Notre Dame, la Fondation du patrimoine et la Fondation de France, qui se sont engagés à reverser au chantier l’intégralité des sommes collectées en fonction des besoins et de l’avancée des travaux. Dans la semaine du sinistre, près de 800 millions d’euros de promesses de dons ont été enregistrés.

Certaines grandes entreprises ou fondations ont toutefois préféré conventionner directement avec le ministère de la Culture ou avec l’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de Notre-Dame de Paris.

La loi du 29 juillet 2019 a permis de fixer le cadre de la souscription dans le respect de l’intention des donateurs : les fonds sont exclusivement destinés au financement des travaux de conservation et de restauration de la cathédrale et de son mobilier, ainsi qu’à la formation des professionnels requis pour ce chantier. La loi encadre également le régime des avantages fiscaux accordés aux particuliers.

15 octobre 2019 Signature de convention de mécénat en faveur de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris avec de grands mécènes. De gauche à droite : Benoît Feytit (Metro France), Anne-Marie Couderc (Air France), Franck Riester (ministre de la culture), Philippe Brassac (Groupe Crédit Agricole), Jean-Marc de Royere (Air Liquide) et Bernard Guirkinger (Fondation Engie) © MINISTERE DE LA CULTURE

Une collecte hors norme

Au 31 mars 2020, le montant de la collecte est estimé à 832 millions d’euros : 189 millions de dons encaissés et 643 millions d’euros de promesses de dons. 83 millions d’euros ont été versés sur les fonds de concours du ministère de la Culture, créés à cet effet. Il a en effet été décidé de n'appeler ces crédits qu'au fur et à mesure des besoins du chantier comme cela est la pratique habituelle pour de nombreux chantiers, notamment liés au patrimoine.

Particuliers, entreprises, fondations, collectivités : au total, 350 000 donateurs ont contribué à la souscription. Ils sont bien sûr Français, mais pas seulement : puisque des dons de particuliers ou d’entreprises sont également venus de plus de 140 pays dans le mode.

Parmi les grands donateurs, on peut citer, la famille et la Fondation Bettencourt Schueller - L’Oréal - Thétys,Crédit Agricole, Air Liquide, Engie, METRO, Fondation Hasso Platner, Air France…

Le contrôle du bon usage de la souscription est assuré par des comités créés au sein de l’établissement public et de l’Etat, sans préjudice des contrôles de la Cour des comptes. La loi du 29 juillet 2019 prévoit aussi l’organisation d’un comité de contrôle réunissant le premier président de la Cour des comptes et les présidents des commissions chargées des finances et de la culture de l’Assemblée nationale et du Sénat.