L’acoustique de Notre-Dame, un bien précieux mais impalpable

Contrairement à la pierre, au bois et au verre de la construction et du décor, qui sont des entités solides, l'acoustique est impalpable et elle est en partie générée par ces éléments (forme, propriétés et volumes acoustiques). Cette acoustique ne peut rendre compte à elle seule de la façon dont « sonnait » la cathédrale. Il faut donc également étudier les ambiances sonores qui l’habitaient : urbaines (extérieur), d’intérieur (les déplacements, les petites et les grandes cérémonies religieuses), les concerts… pour entendre Notre-Dame.

perimetre_de_travail_et_delimitation_de_leffondrement_des_voutes_de_notre-dame-de-paris_c_pardoen_katz_2020.jpg

Périmètre de travail et délimitation de l’effondrement des voûtes de Notre-Dame de Paris 2020 © PARDOEN, KATZ

Associant leurs expertises dans le domaine des simulations des volumes et matériaux acoustiques et des restitutions du patrimoine immatériel, les chercheurs du groupe de travail Acoustique étudient Notre-Dame dans le but de retrouver des acoustiques aussi proches que possible de celles qui ont pu accueillir le chant des orgues et des maîtrises et chœurs.

seance_de_travail_dans_le_laboratoire_c_pardoen_katz_2020.jpg

Séance de travail dans le laboratoire © Pardoen, Katz, 2020

Trois volets d’études sont proposés : 

  1. Opérer des captations avant, pendant et à la fin des travaux, comme cela avait été fait en 1987 avant le chantier du grand-orgue.
  2. Pour les restitutions virtuelles : Proposer des modèles à visée scientifique (pour les préconisations) et à visée grand public (transmettre le savoir acquis, faire découvrir les domaines scientifiques…)
  3. Pour la conservation du patrimoine sonore : Enregistrer les différents acteurs intervenants sur le chantier et créer une base de données pour la bonne conservation du patrimoine immatériel (gestes et métiers du patrimoine).

Les travaux du groupe de travail « Acoustique », placés sous la direction de Mylène Pardoen et de Brian Katz, sont menés par des chercheurs de l’Institut Jean Le Rond d'Alembert-Sorbonne et de l’Université et de la Maison des sciences de l’homme Lyon-Saint-Etienne, avec le soutien des institutions et laboratoires suivants :