L’ambition du groupe de travail « Données numériques » est de construire un “écosystème numérique” de la cathédrale. Ce système d’information monumental innovant est conçu pour accompagner l’étude scientifique et la restauration de la cathédrale au fur et à mesure du chantier de restauration. Toutes les connaissances produites à l’occasion du chantier de restauration et du chantier scientifique pourront y être agrégées et seront ainsi rendues accessibles à différents types d’utilisateurs.

Nuage de points 3D, de la face sud de la cathédrale Notre-Dame de Paris, issu des campagnes de relevé lasergrammétrique menées par Andrew Tallon (Vassar College) entre 2006 et 2012. CNRS/Ministère de la culture

Nuage de points 3D, de la face sud de la cathédrale Notre-Dame de Paris, issu des campagnes de relevé lasergrammétrique menées par Andrew Tallon (Vassar College) entre 2006 et 2012. Cette capture est issue de l’environnement de visualisation interactive 3D développé par le laboratoire MAP dans le cadre du groupe de travail (GT) "données numériques" du chantier scientifique CNRS/Ministère de la culture pour la restauration de Notre-Dame de Paris.

Pour construire et alimenter ce système d’information, le groupe de travail « Données numérique » mène des activités de recherche et de développement autour de 4 aspects complémentaires :

  • la collecte et l’intégration des données numériques existantes ;
  • la production de nouvelles données ;
  • leur partage et archivage sur le long terme ;
  • leur structuration et enrichissement sémantique.

Ces axes de réflexion croisent plusieurs problématiques posées par le chantier de restauration comme la confrontation des différents états temporels, l’analyse de l’état sanitaire de la cathédrale, ou encore la restitution des formes disparues.

Ce groupe de travail est coordonné par Livio De Luca, directeur du laboratoire Modèles et simulations pour l’architecture et le patrimoine, placé sous la double tutelle du CNRS et du ministère de la Culture.

Nuage de points 3D photogrammétrique de l’intrados des voûtes (nef et chœur) de la cathédrale Notre-Dame de Paris, après l'incendie du 15 avril 2019. Chantier scientifique CNRS/Ministère de la culture
Annotation 2D/3D des altérations relevées sur les voûtes du chœur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, après l'incendie du 15 avril 2019, via la plateforme Aïoli. Chantier Scientifique Notre-Dame de Paris / Ministère de la culture / CNRS
Vue éclatée de la restitution 3D de la charpente disparue du chœur et de ses restes, sur l'extrados des voûtes de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Chantier Scientifique Notre-Dame de Paris / Ministère de la culture / CNRS

Nuage de points 3D photogrammétrique de l’intrados des voûtes (nef et chœur) de la cathédrale Notre-Dame de Paris, après l'incendie du 15 avril 2019, réalisé par le groupe de travail (GT) "données numériques" à partir des photographies d’octobre 2019 de l’entreprise Bestrema. Celui-ci est superposé au nuage de points 3D de l’intérieur et de l’extérieur de la cathédrale issu des campagnes de relevé lasergammétrique menées par Andrew Tallon (Vassar College) entre 2006 et 2012. Cette capture est issue de l’environnement de visualisation interactive 3D développé par le laboratoire MAP dans le cadre du GT "données numériques" du chantier scientifique CNRS/Ministère de la culture pour la restauration de Notre-Dame de Paris.

Annotation 2D/3D des altérations relevées sur les voûtes du chœur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, après l'incendie du 15 avril 2019, via la plateforme Aïoli, à partir des photographies réalisées en octobre 2019 par l’entreprise Bestrema. Cette capture est issue de la plateforme d’annotation sémantique 3D Aïoli développée par le laboratoire MAP.

Vue éclatée de la restitution 3D de la charpente disparue du chœur et de ses restes, sur l'extrados des voûtes de la cathédrale Notre-Dame de Paris, orientée nord-est. Elle est réalisée à partir du relevé lasergrammétrique menée par Archeovision en mars 2020 et des relevés de Rémi Fromont et Cédric Trentesaux (modélisation en cours).

Il rassemble des membres de 9 laboratoires de recherche :

Le Groupe de travail bénéficie des compétences de 2 consortiums de la très grande infrastructure de recherche dédiée aux humanités numériques (TGIR HumaNum) CNRS/Aix-Marseille Université/Campus Condorcet :